Skip to content

Les réseaux sociaux de parti politique servent-ils à quelque chose ?

Il y a un an, on faisait sensation en présentant un rapport sur l’utilisation d’Internet en général, et des réseaux sociaux en particulier par Barack Obama. Aujourd’hui, on en vient à se demander si un parti politique peut encore être un « key player » s’il ne dispose pas de son propre réseau social. Cette mode, née sous l’effet conjoint de l’obamania française et de l’immersion croissante de la population (et du personnel politique) dans le le web 2.0 (blogs, Facebook et autres Twitter), a d’abord touché des courants du PS (Espoir A Gauche et Besoin de Gauche), avant de triompher, en ce début 2010, au niveau des partis – Coopol pour le PS, Créateurs de possible pour l’UMP, et bientôt un réseau pour le Nouveau Centre aussi.

Même si ces systèmes ne révolutionnent pas à proprement parler le militantisme, ou pas autant que leurs promoteurs le prétendent – en vérité, une grande part de leurs fonctions pouvaient déjà être assurées auparavant, mais de façon éclatée, par les e-mails, les outils en ligne collaboratifs type wiki ou agenda partagé et les sites Internet classiques – il est incontestable qu’ils mettent à la portée de tout un chacun des fonctionnalités simples et intuitives, clés en mains, permettant de faire de n’importe quel militant connecté à Internet un redoutable agent d’influence. Cela étant, la vraie révolution n’est pas l’apparition de réseaux sociaux officiels de parti, mais la naissance des réseaux sociaux eux-mêmes, et leur appropriation massive par la population (militante ou non). Au commencement était Facebook. Les réseaux de parti, et notamment celui que j’ai pu tester de manière approfondie depuis quelques semaines, la CooPol du PS, se contentent assez clairement de décalquer l’architecture de Facebook, en faisant quelques ajustements lexicaux ou techniques au passage. Je n’ai pas encore vu de fonctionnalité de la CooPol qui ne puisse être réalisée via Facebook. Et d’ailleurs, les militants et cadres PS utilisaient déjà fréquemment Facebook pour organiser campagnes et vie interne de parti. Alors la question se pose : quand on connaît le coût financier élevé de ces systèmes pour les partis, et si on émet l’hypothèse – probable – que les militants qui s’en saisiront le plus seront ceux qui sont déjà lourdement investis sur les réseaux sociaux généralistes, les réseaux sociaux de parti ne seraient-ils pas un effet de mode, un jouet dans l’air du temps, sans efficacité particulière ?

Précisons. Un réseau social a deux utilités principales en politique : premièrement diffuser de l’information, et deuxièmement organiser des groupes. La première fonction est d’autant plus utile que l’on touche un public large, et surtout un public à convaincre. Arroser d’informations ou d’argumentaires des personnes déjà acquises ou suffisamment informées ne sert à rien. La deuxième fonction peut déjà plus se satisfaire d’un public restreint et connu – par exemple, si on organise un rassemblement de militants déjà acquis – mais nécessite aussi parfois de brasser large – notamment si on veut inviter des personnes à un meeting de présentation d’un candidat ou d’un programme. Pour la première fonction surtout, mais pour la deuxième ensuite, il est à tous points de vue plus efficace d’être immergé dans un réseau social généraliste, où se croisent des populations très variées, que de se confiner au réseau d’un seul parti. Il est vrai que n’importe qui peut s’inscrire sur la CooPol, dans le cas du PS (militant, sympathisant, simple curieux). Mais qui fera la démarche de s’inscrire sur un réseau social propre au parti socialiste, à part des gens déjà très convaincus et/ou impliqués ? En communiquant sur la CooPol, on communique à la nébuleuse socialiste ; en diffusant la même information sur Facebook ou Twitter, on communique à toutes ses sphères d’amis et de relations, qui peuvent être très diverses, et qui ressemblent donc bien plus à la population réelle de notre pays.

Pourquoi, dès lors, les partis n’optent-ils pas plutôt pour une stratégie d’investissement massif des réseaux généralistes existants, en développant, comme le permet Facebook, des applications permettant de « greffer » des fonctions proprement politiques sur le réseau ? C’est d’ailleurs le choix qu’a fait Jean-Paul Huchon pour sa campagne en Ile de France, lançant cette semaine une application dédiée sur le réseau social n°1. Stratégie habile, sans doute beaucoup moins chère, et reportant sur Facebook toute une partie des frais de développement (un réseau aussi ambitieux que la CooPol, a contrario, aura probablement des coûts d’entretien et de mise à niveau lourds et réguliers pour le PS). Pourquoi ne pas avoir fait ce choix au niveau des partis ? Péché d’orgueil, course à l’armement entre droite et gauche, ou influence excessive sur les directions politiques – peu au fait de ces problématiques – de milieux geek et technophiles prêchant pour leur paroisse, voire pour leur propre business ?

Il y a au moins une bonne raison de défendre l’existence de réseaux de parti : la confidentialité des données et la maîtrise des fichiers. En déléguant toute l’infrastructure technique à Facebook, on aurait de fait abandonné toutes les données sensibles des adhérents au géant américain. Corollaire, j’ai constaté empiriquement que le fait que la CooPol soit un réseau social identifié et restreint a décidé un certain nombre de militants, rétifs à Facebook, à enfin faire le grand seau du web social. Sans compter que cette mise en place massive et nationale d’un outil informatique s’accompagne sur le terrain d’une vague inédite de réunions de formation technique pour les cadres et militants, ce qui pourrait bien, discrètement, faire enfin passer la majorité des adhérents du PS à l’ère de la politique assistée par les NTIC. Désirs d’Avenir et la campagne de Ségolène Royal en 2007 ont déjà vu des phénomènes de ce type, à une échelle moindre : c’est dans ce cadre que nombre de militants, par exemple, s’étaient mis à bloguer.

Il n’empêche : vu la similitude des deux types de réseau, réseau partidaire type CooPol, réseau généraliste type Facebook, ils vont naturellement entrer en concurrence, et on peut se demander sur quel équilibre d’usage cette tension va déboucher. Le temps des internautes n’est pas infini et un choix va devoir s’opérer, pour ceux – nombreux – qui sont à la fois sur les deux systèmes. Si les réseaux de parti se contentent de continuer à décalquer méthodiquement les fonctions des réseaux généralistes, ils risquent fort d’être en partie délaissés une fois la période de nouveauté et de curiosité passée (comme l’ont d’ailleurs été sur le web généraliste des réseaux concurrents de Facebook comme Friendfeed). Surtout que les réseaux généralistes permettent également de maintenir le contact avec ses amis, sa famille, ses collègues, et que l’on n’a pas forcément envie de limiter sa vie sociale sur le web à ses camarades de parti. Inversement, si les réseaux de parti imaginent des modalités innovantes et réellement originales, comme le système de troc de la Fraternité en action de Ségolène Royal, ils pourront trouver une niche intéressante, et peut-être même capable d’attirer des internautes au-delà de la sphère des sympathisants. Une autre piste serait de développer les possibilités d’interactions entre réseaux.

Dans tous les cas, la pire des choses, pour les partis, serait de pousser leurs militants à s’enfermer sur leur réseau social interne ; une telle directive aurait pour effet paradoxal de les couper du « vrai web » (je n’ose dire du « web social d’en bas »), tout en leur donnant le sentiment d’être interconnectés comme jamais.

Romain Pigenel

EDIT (23/01/10)  Frédéric Giudicelli me signale que l’application “Socialistes sur Facebook”, qu’il a lancée il y a deux ans, compte 14200 inscrits dont 90% de sympathisants. Elle s’inscrit justement dans la logique d’insertion dans des réseaux existants dont je parle dans ce billet.

A lire aussi :

7 Comments

  1. Hello Romain

    Ton papier est intéressant comme toujours, et nous le reprenons sur Betapolitique, comme toujours :D

    Mais je ne suis pas d’accord avec toi.
    - D’abord parce que, tu t’en souviens, pendant les campagnes, on fonctionne bien sur des réseaux fermés, et on en a besoin. Un outil comme la Coopol devient d’une puissance exceptionnelle.
    - Ensuite parce qu’un parti est bien une organisation. Ca ne nous empêche pas d’avoir nos amis et nos engagements en dehors, mais il y a bien un “dedans”.

    De très nombreuses entreprises ont essayé d’utiliser Facebook. La plupart y renoncent. Déà pour une question simple : les gens qui partent pour la concurrence restent dans le réseau et très vite, cela devient ingérable…

    Vendredi, janvier 22, 2010 at 2:56 | Permalink
  2. Ben wrote:

    Difficile de me faire une opinion avec tes propos, peut être tout simplement parce que nous sommes sur la même longueur d’ondes.
    Maintenant, n’oublions pas la loi de Metcalfe : “L’utilité d’un réseau est proportionnelle au carré du nombre de ses utilisateurs”. C’est là dessus aussi que tout va se jouer dans les prochains mois, peut être même plus que les innovations/améliorations possibles et interactions avec les autres réseaux.
    Quand au réseau de DA, d’une part, il est complètement passé de mode (contexte de la présidentielle et l’histoire du “nouveau site” a été l’annonce officielle de sa déchéance) et puis les différentes annonces scabreuses de sa dirigeante (inspiration d’Obama, etc.) l’on complètement discrédité. C’est vraiment pas un exemple à suivre ; ce qui a priori ne devrait pas toucher les réseaux sociaux des partis politiques (si toutefois ils sont suffisamment démocratiques pour laisser entendre des divergences en leur sein).

    Vendredi, janvier 22, 2010 at 3:09 | Permalink
  3. Jean-Etienne wrote:

    Je crois que la Coopol est effectivement un non sens d’un point de vue utilité car il ne tend qu’à reproduire le principe de Facebook : on cherche ses coopains et on se réunit dans des groupes où on échange. Donc rien de nouveau côté usage. La démarche par contre de l’UMP de se placer dans la remontée d’initiatives des citoyens (et donc pas seuls partisants) me semblent plus innovantes et plus riches au niveau des échanges. Alors certes, ca parait aux premiers abords moins fonctionnels mais dans le moyen terme le sens politique est meilleur.

    Vendredi, janvier 22, 2010 at 15:14 | Permalink
  4. Nicolas wrote:

    1. Ton lien vers l’application Facebook de Huchon n’est pas OK (j’y suis allé, le hasard, ce matin : on n’y comprend rien).

    2. Tu es vache de mettre Abadinte en lien sous “n’importe qui”. ;-)

    3. Coopol a un avantage sur Facebook : il est très simple d’utilisation. Pour Facebook (comme pour de nombreux outils que nous utilisons en entreprise), il faut faire la démarche de se plonger dedans alors que Coopol est très simple.

    Une fois que chaque militant aura ouvert son compte (éventuellement avec l’aide du secrétaire de section), il n’aura plus qu’à cliquer sur deux ou trois trucs pour accepter des “coopains”, confirmer sa présence à une réunion quand il recevra un mail. Facebook est beaucoup plus austère et le mélange (entre les statuts, les vidéos, …), la police de caractères, l’ergonomie… le rendent inutilisable pour le commun des mortels.

    C’est un des problèmes que nous avons au boulot (bâtir des systèmes d’information utilisables par des non spécialistes), j’en avais fait un billet dans une annexe, Coopol répond très bien à cette problématique :
    http://jegweb.blogspot.com/2010/01/le-progres-est-en-marche-au-ps.html

    Samedi, janvier 23, 2010 at 10:54 | Permalink
  5. @ Raph Anglade : ne penses-tu pas justement qu’avec Internet les notions de dedans et de dehors évoluent ? D’une certaine manière tout militant porte son “dedans” avec lui. Du reste s’il faut bien des réseaux fermés au niveau des équipes d’organisation et de décision, je pense qu’il est fondamental, en temps de campagne surtout, que la grande majorité des militants soient sur le terrain (online ou IRL), là où est la population (pas sur la CooPol donc !)

    @ Ben : je parle du nouveau rézo de Ségo, fondé sur un système d’échange de services, pas de l’ancien site DA. Pour le reste d’accord avec toi, l’essentiel sera la connectivité entre CooPol et réseaux généralistes.

    @ Jean-Etienne : j’ai bien envie de tester le réseau UMP pour me faire une idée …

    @ Nicolas : (1) le lien pointe vers la page de “pub” pour l’application, ensuite il faut cliquer en haut à gauche pour l’installer (oui c’est fort peu probable qu’un non-geek parvienne au bout du processus :-) )(2) Tu as mauvais esprit ! Je cite simplement un article où il dit que tout le monde peut s’inscrire (3) Sur cette question d’ergonomie, je n’ai pas l’impression, de ce que je vois dans ma section, que les rétifs ou novices d’Internet trouvent la CooPol si simple que cela. Du reste vu que de nouvelles fonctions FB-like sont ajoutées chaque semaine, je crains que le différentiel de simplicité ne subsiste pas longtemps … En tout cas la CooPol sera déjà un petit succès si elle parvient à “importer” sur le web des militants qui n’y mettaient jamais les pieds.

    Samedi, janvier 23, 2010 at 12:44 | Permalink
  6. Nicolas wrote:

    “faire le grand seau du web social”, le lapsus digiti est intéressant… on saute dans le seau du réseau ?
    pour moi, la coopol peut être complémentaire de facebook, où se mélangent effectivement les cercles (professionnels, amicaux, familiaux, politiques, ludiques…). Des espaces de discussion transversaux peuvent apparaître. Convaincre et discuter n’est pas uniquement orienté vers l’extérieur (le militantisme de terrain), mais aussi vers l’élaboration d’idées collectives et de groupes pour les porter – au-delà des clivages de courant ou des potentats locaux qui souvent stérilisent les débats en section.

    Lundi, février 15, 2010 at 21:11 | Permalink
  7. Harry Haller wrote:

    “Dans tous les cas, la pire des choses, pour les partis, serait de pousser leurs militants à s’enfermer sur leur réseau social interne ; une telle directive aurait pour effet paradoxal de les couper du « vrai web »”
    On serait un peu dans ce qu’Edgar Morin appelle un système d’idées fermé, un système qui cesse de dialoguer/échanger avec l’extérieur et qui voit ses concepts non réfutés devenir irréfutables et donc figés. Un système autosuffisant qui tourne en rond. Il élimine le risque d’être perturbé mais perd la chance de l’enrichissement. N’est-ce pas ce qui est arrivé au PS ?

    Samedi, février 27, 2010 at 16:43 | Permalink

24 Trackbacks/Pingbacks

  1. Antoine Dupin on Vendredi, janvier 22, 2010 at 8:56

    Les réseaux sociaux de parti politique servent-ils à quelque chose ? http://minu.me/1leo

  2. Romain Pigenel on Vendredi, janvier 22, 2010 at 9:31

    Les réseaux sociaux de parti politique servent-ils à quelque chose ? http://tinyurl.com/y9po4vw

  3. Melclalex on Vendredi, janvier 22, 2010 at 9:58

    Les réseaux sociaux de parti politique servent-ils à quelque chose ? http://bit.ly/7sZGVW

  4. Laure Leforestier on Vendredi, janvier 22, 2010 at 11:28

    spéciale dedikass à @regardaRouen, rapport à un débat qu'on doit préparer :-) http://yoolink.to/57O

  5. [...] This post was mentioned on Twitter by Romain Pigenel, zobi8225. zobi8225 said: Les réseaux sociaux politique servent il à qqch ? http://ur1.ca/kf74 [...]

  6. Vincent ROSTAING on Vendredi, janvier 22, 2010 at 14:28

    RT @politechnicart: Les réseaux sociaux de parti politique servent-ils à quelque chose ?
    [variae.com] http://bit.ly/6mV9Oa (via @blogiboulga)

  7. breizh2008 on Vendredi, janvier 22, 2010 at 14:58

    RT @Helia_fr @politechnicart: Les réseaux sociaux de parti politique servent-ils à quelque chose ?
    [variae.com] http://bit.ly/6mV9Oa

  8. Palpitt on Dimanche, janvier 24, 2010 at 16:16

    A lire : Les réseaux sociaux de parti politique servent-ils à quelque chose ? (par @Romain_Pigenel) http://bit.ly/61Pv6C

  9. Jean-Marie Gall on Dimanche, janvier 24, 2010 at 17:59

    A lire : Les réseaux sociaux de parti politique servent-ils à quelque chose ? (par @Romain_Pigenel) http://bit.ly/61Pv6C /via @palpitt

  10. breizh2008 on Dimanche, janvier 24, 2010 at 18:04

    RT @jmgall: A lire : Les réseaux sociaux de parti politique servent-ils à quelque chose ? (par @Romain_Pigenel) http://bit.ly/61Pv6C /vi …

  11. Fondapol on Dimanche, janvier 24, 2010 at 18:51

    Les réseaux sociaux de parti politique servent-ils à quelque chose ? (par @Romain_Pigenel) http://bit.ly/61Pv6C (via @Netpolitique)

  12. Stanislas Jourdan on Dimanche, janvier 24, 2010 at 18:59

    RT @Romain_Pigenel: Les réseaux sociaux de parti politique servent-ils à quelque chose ? http://tinyurl.com/y9po4vw

  13. netlex on Lundi, janvier 25, 2010 at 7:24

    Variae › Les réseaux sociaux de parti #politique servent-ils à quelque chose ? http://bit.ly/7St0SP RT @Fondapol

  14. Arnault Coulet on Lundi, janvier 25, 2010 at 14:31

    Les réseaux sociaux de parti politique servent-ils à quelque chose ? http://bit.ly/61Pv6C

  15. [...] » ! On repassera pour la démocratie participative. Autre exemple d’incident industriel, les réseaux sociaux de parti, qui courent après les réseaux généralistes existants sans parvenir à convaincre au-delà du [...]

  16. David Doucet on Samedi, mars 6, 2010 at 22:15

    @LeVolontaire A lire à ce sujet par @Romain_Pigenel : http://tinyurl.com/y9po4vw

  17. David Doucet on Vendredi, mars 19, 2010 at 12:12

    Quand je relis @romain_pigenel , je me dis qu'il avait vu juste sur l'utilité des réseaux sociaux en politique http://bit.ly/5UHtVd

  18. Romain Pigenel on Lundi, avril 19, 2010 at 11:51

    @nbbeliard une saine lecture sur réseaux sociaux & politique http://tinyurl.com/y9po4vw

  19. [...] Et puis un tropisme très politique, celui consistant à vouloir garder la main sur les individus. Comme je le remarquais en janvier dernier, les réseaux de parti obéissent à un choix très net de tout miser sur l’interne (à [...]

  20. Variae › Les mots de la politique (9) : le mulot on Vendredi, juillet 8, 2011 at 19:07

    [...] – l’échec des Créateurs de Possibles et de la CooPol, « prophétisé » sur Variae dès leur lancement – traduisait tout à la fois un manque de stratégie, de compréhension des technologies (et de [...]

  21. [...] et politique : les 9 #fail à éviter ShareL’utilisation intensive des réseaux sociaux va probablement constituer la principale différence, en termes de stratégie de communication, [...]

  22. Coopol-Créateurs du possible by reversus - Pearltrees on Samedi, janvier 7, 2012 at 12:13

    [...] Cette mode, née sous l’effet conjoint de l’obamania française et de l’immersion croissante de la population (et du personnel politique) dans le le web 2.0 (blogs, Facebook et autres Twitter), a d’abord touché des courants du PS ( Espoir A Gauche et Besoin de Gauche ), avant de triompher , en ce début 2010, au niveau des partis – Coopol pour le PS , Créateurs de possible pour l’UMP, et bientôt un réseau pour le Nouveau Centre aussi. Les réseaux sociaux de parti politique servent-ils à quelque cho [...]

  23. Sites internet des partis by stanjourdan - Pearltrees on Samedi, janvier 7, 2012 at 12:13

    [...] Les réseaux sociaux de parti politique servent-ils à quelque cho Même si ces systèmes ne révolutionnent pas à proprement parler le militantisme, ou pas autant que leurs promoteurs le prétendent – en vérité, une grande part de leurs fonctions pouvaient déjà être assurées auparavant, mais de façon éclatée, par les e-mails, les outils en ligne collaboratifs type wiki ou agenda partagé et les sites Internet classiques – il est incontestable qu’ils mettent à la portée de tout un chacun des fonctionnalités simples et intuitives, clés en mains, permettant de faire de n’importe quel militant connecté à Internet un redoutable agent d’influence. Cela étant, la vraie révolution n’est pas l’apparition de réseaux sociaux officiels de parti, mais la naissance des réseaux sociaux eux-mêmes, et leur appropriation massive par la population (militante ou non). Au commencement était Facebook . [...]

  24. Romain Pigenel on Mardi, août 14, 2012 at 15:23

    @KMartenon vieille histoire … (1) http://t.co/UI53r212

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *
*
*